La Responsabilité des Héritiers pour les Dettes du Défunt en Droit Turc

Responsabilité des héritiers pour les dettes du défunt

Le droit des successions repose sur le principe de la succession universelle, selon lequel, après la mort du défunt, la succession passe automatiquement et intégralement aux héritiers. Cela inclut non seulement les droits et créances, mais aussi les dettes du défunt.

Les héritiers sont personnellement et illimitément responsables des dettes du défunt. Cela signifie que les héritiers doivent payer les dettes non seulement avec les biens de la succession, mais aussi avec leurs biens personnels.

En cas de plusieurs héritiers, la responsabilité solidaire des dettes de la succession s’applique. Les créanciers peuvent exiger la totalité de leurs créances d’un seul héritier. Par exemple, si un défunt a une dette de 100 000 TL et deux héritiers, le créancier peut demander cette somme à un seul héritier ou réclamer 50 000 TL à chacun. L’héritier qui paie la totalité de la dette peut se retourner contre l’autre héritier pour réclamer sa part de la dette.

Cet article fournira des informations sur l’étendue de la responsabilité des héritiers pour les dettes du défunt, les limites de cette responsabilité et les mesures que les héritiers peuvent prendre.

Responsabilité pour les dettes de la succession

En droit turc, la responsabilité pour les dettes de la succession désigne la responsabilité des héritiers pour les dettes qu’ils héritent du défunt à son décès. Les principes de base de cette responsabilité sont les suivants :

Succession Universelle: À la mort du défunt, la succession passe automatiquement et intégralement aux héritiers. Cela inclut non seulement les droits et créances, mais aussi les dettes du défunt.

Responsabilité personnelle et illimitée: Les héritiers sont personnellement et illimitément responsables des dettes du défunt. Cela signifie qu’ils doivent payer les dettes non seulement avec les biens de la succession, mais aussi avec leurs biens personnels.

Responsabilité solidaire: En cas de plusieurs héritiers, la responsabilité solidaire des dettes de la succession s’applique. Les créanciers peuvent exiger la totalité de leurs créances d’un seul héritier.

Quand la responsabilité des héritiers pour les dettes de la succession prend-elle fin ?

Règle des 5 ans:

La responsabilité des héritiers pour les dettes de la succession prend fin généralement 5 ans après le partage de la succession ou la date d’exigibilité de la dette. Ce délai est crucial pour que les héritiers se libèrent des dettes.

Cas où la responsabilité prend fin:

Expiration du délai de 5 ans: Comme mentionné ci-dessus, la responsabilité des héritiers pour les dettes de la succession prend fin à l’expiration de ce délai.

Paiement des dettes de la succession: Les héritiers se libèrent de leur responsabilité en payant les dettes avec les biens de la succession ou leurs biens personnels.

Renonciation à la succession: Les héritiers ne sont plus responsables des dettes de la succession s’ils renoncent à l’héritage.

Abandon des créanciers: Si les créanciers renoncent à leurs créances, les héritiers ne sont plus responsables des dettes.

Liquidation de la succession: En cas de liquidation officielle de la succession, les héritiers ne sont pas responsables des dettes de la succession.

Points à noter:

Bien que la responsabilité des héritiers pour les dettes prenne fin, les créanciers peuvent toujours saisir les biens de la succession.

Les héritiers peuvent utiliser les biens de la succession pour payer les dettes de la succession.

Les héritiers peuvent intenter une action en réduction pour se libérer des dettes.

Un héritier qui renonce à la succession est-il responsable des dettes du défunt?

Un héritier peut renoncer à son droit d’héritage futur par un contrat de renonciation avec le défunt. Dans ce cas, la responsabilité de l’héritier pour les dettes du défunt dépend de la portée de la renonciation et de certaines conditions légales.

Renonciation totale:

Un héritier qui renonce totalement à l’héritage renonce à tous les droits sur la succession et n’est pas responsable des dettes du défunt. Cela signifie qu’il perd également son statut d’héritier.

Renonciation partielle:

Un héritier qui renonce partiellement à l’héritage, en recevant une part réduite ou en renonçant à sa part réservataire, reste responsable des dettes du défunt car il conserve son statut d’héritier.

Renonciation onéreuse:

Si un héritier reçoit une contrepartie pour sa renonciation, celle-ci est considérée comme onéreuse. En règle générale, un héritier qui renonce onéreusement n’est pas responsable des dettes du défunt.

Cependant, dans certains cas exceptionnels, un héritier qui renonce onéreusement peut être tenu responsable des dettes du défunt. Ces exceptions sont les suivantes :

Insuffisance des biens de la succession: Si les dettes de la succession ne peuvent être payées par les autres héritiers, l’héritier qui renonce onéreusement peut être tenu responsable.

Non-satisfaction des créanciers: Si les créanciers du défunt ne sont pas entièrement satisfaits par les autres héritiers, ils peuvent se tourner vers l’héritier qui renonce onéreusement pour le reste de la dette.

Délai de cinq ans: Un héritier qui renonce onéreusement reste responsable, proportionnellement à l’enrichissement reçu, pour les cinq années précédant le décès du défunt.

Conclusion:

La responsabilité d’un héritier qui renonce à l’héritage pour les dettes du défunt dépend de la portée de la renonciation, de son caractère onéreux ou non et de certaines conditions légales. En général, un héritier qui renonce totalement n’est pas responsable des dettes. Cependant, un héritier qui renonce partiellement ou onéreusement peut être responsable dans certaines situations exceptionnelles.

(…) Un héritier qui renonce à la succession n’est pas considéré comme ayant complètement rompu ses liens avec la succession. Si, au moment de l’ouverture de la succession (CC art. 539), les dettes de la succession sont supérieures aux créances et que l’héritier refuse de payer, celui qui renonce est tenu de restituer ce qu’il a reçu en contrepartie de sa renonciation au cours des cinq années précédant le décès du défunt (CC art. 477). Par ailleurs, un héritier qui renonce peut participer au partage de la succession en restituant ce qu’il a reçu par contrat (CC art. 516). On voit donc que la renonciation d’un héritier ne coupe pas totalement ses liens avec la succession.(…) 2HD, 2002/6298 Décision, 2002/7780, 27.05.2002

Un héritier qui refuse l’héritage est-il responsable des dettes du défunt?

Un héritier a le droit de refuser l’héritage dans les trois mois suivant la découverte du décès du défunt et de son statut d’héritier. Le refus de l’héritage prend effet rétroactivement, c’est-à-dire à partir du moment du décès du défunt.

Le refus de l’héritage se divise en deux catégories:

Refus réel: L’héritier acquiert le statut d’héritier mais y met fin par sa propre volonté.

Refus présumé: Si le défunt est manifestement insolvable avant son décès, l’héritier est considéré comme ayant refusé l’héritage.

Refus de l’héritage et responsabilité des dettes

En principe, un héritier qui refuse l’héritage ou est considéré comme l’ayant refusé n’est pas responsable des dettes du défunt. L’héritier coupe ainsi ses liens avec la succession.

Mais dans certains cas exceptionnels, un héritier peut être tenu responsable des dettes même après avoir refusé l’héritage:

Refus de mauvaise foi: Si un héritier refuse l’héritage pour léser les créanciers, ces derniers peuvent réclamer leurs créances à l’héritier.

Refus de l’héritage et réception d’un bien: Si un héritier a reçu un bien de la succession ou effectué une transaction en tant qu’héritier avant de refuser l’héritage, il doit rembourser la valeur de ce bien ou de cette transaction aux créanciers.

Protection des créanciers du défunt: Les créanciers du défunt peuvent intenter une action contre l’héritier en cas de refus de l’héritage pour récupérer leurs créances.

Conclusion

Le refus de l’héritage est un moyen pour un héritier de se libérer de la responsabilité des dettes. Cependant, dans certains cas exceptionnels, un héritier peut être tenu responsable des dettes même après avoir refusé l’héritage.

Responsabilité des bénéficiaires d’un legs pour les dettes du défunt

Les bénéficiaires d’un legs ne sont pas directement propriétaires des biens de la succession. Un bénéficiaire d’un legs qui n’est pas un héritier n’a qu’un droit personnel contre l’héritier, visant à la remise du bien légué ou à l’exécution du legs.

Droits des bénéficiaires d’un legs:

Les bénéficiaires d’un legs ne sont pas directement propriétaires des biens de la succession. Un bénéficiaire d’un legs qui n’est pas un héritier n’a qu’un droit personnel contre l’héritier, visant à la remise du bien légué ou à l’exécution du legs.

Responsabilité des bénéficiaires d’un legs pour les dettes:

En principe, les bénéficiaires d’un legs ne sont pas responsables des dettes du défunt. Étant donné qu’ils ne sont pas héritiers, les dettes du défunt doivent être payées par les héritiers.

Situation des héritiers désignés:

Les héritiers désignés, comme les bénéficiaires d’un legs, ne sont pas responsables des dettes du défunt. Leurs droits viennent après ceux des créanciers du défunt.

Cas exceptionnels:

Dans certains cas exceptionnels, les bénéficiaires d’un legs peuvent être tenus responsables des dettes du défunt. Ces exceptions sont les suivantes:

Condition du legs: Si le legs est subordonné au paiement des dettes du défunt, le bénéficiaire doit remplir cette condition avant de réclamer le bien légué.

Bénéficiaire d’un legs héritier: Si le bénéficiaire d’un legs est également un héritier, le legs est inclus dans les dettes qu’il doit assumer en tant qu’héritier.

Enrichissement indu du bénéficiaire d’un legs: Si le bénéficiaire d’un legs a enrichi la succession de manière indue, il peut être tenu responsable des dettes du défunt à hauteur de cet enrichissement.

Conclusion:

En principe, les bénéficiaires d’un legs ne sont pas responsables des dettes du défunt. Cependant, dans certains cas exceptionnels, cette responsabilité peut être engagée.

(…) Le défendeur, en tant qu’ héritier désigné, n’est pas un successeur universel. Un bénéficiaire d’un legs spécifique n’a pas les mêmes droits que les créanciers du défunt et n’est pas responsable des dettes de la succession à l’égard des autres créanciers (…) 9HD, 2010/5427 Décision, 2010/15612, 01.06.2010

Prescription de la responsabilité des héritiers pour les dettes

Les héritiers sont responsables des dettes du défunt pendant 5 ans. Ce délai commence à courir à partir du partage de la succession ou de la date d’exigibilité de la dette. Après l’expiration de ce délai de prescription, les créanciers ne peuvent plus réclamer leurs créances aux héritiers.

Droit de recours des héritiers ayant payé une dette

Le droit de recours est prévu à l’article 682 du Code civil turc. Selon cet article, un héritier qui paie une dette de la succession a un droit de recours contre les autres héritiers. Le droit de recours permet à l’héritier de réclamer aux autres héritiers une somme proportionnelle à leurs parts héréditaires.

Les héritiers doivent fournir un document indiquant le montant payé au créancier et les parts des autres héritiers pour exercer ce droit. Ce document est nécessaire pour exercer le droit de recours.

Le droit de recours peut être exercé pendant 5 ans à compter du paiement de la dette. Après ce délai, le droit de recours expire.

(…) L’article 682 du CCT stipule que la répartition proportionnelle des dettes entre les héritiers ne concerne que les relations entre héritiers et non les tiers. Chaque héritier qui n’a pas renoncé à l’héritage est solidairement et conjointement responsable des dettes du défunt (…) 12HD, 2013/27022 Décision, 2013/33535, 30.10.2013

Responsabilité des héritiers pour les dettes de cautionnement

La responsabilité des héritiers pour les dettes de cautionnement du défunt est spécifiquement régie par le Code civil (CCT). Selon l’article 630 du CCT, les héritiers sont responsables des dettes de cautionnement uniquement si un inventaire officiel de la succession est établi et que la dette de cautionnement est inscrite séparément dans cet inventaire. Dans ce cas, la responsabilité des héritiers est limitée au montant qui reviendrait au créancier en cas de liquidation de la succession selon les règles de la faillite.

Pour que les héritiers soient responsables des dettes de cautionnement:

Un inventaire officiel de la succession doit être établi.

La dette de cautionnement doit être inscrite séparément dans cet inventaire.

Si ces conditions sont remplies, les héritiers:

Ne sont responsables qu’avec les biens de la succession et non avec leurs biens personnels.

Sont responsables non pas solidairement, mais proportionnellement à leurs parts héréditaires.

Cas où les héritiers ne sont pas responsables des dettes de cautionnement:

– La dette principale n’est pas payée par le débiteur principal.

Si la dette est payée ou éteinte par un autre moyen, la dette de cautionnement et la responsabilité des héritiers prennent fin.

Points à noter concernant la responsabilité des héritiers pour les dettes de cautionnement:

En l’absence d’inventaire officiel de la succession ou d’inscription séparée de la dette de cautionnement, les héritiers sont solidairement et personnellement responsables de toutes les dettes de la succession, y compris les dettes de cautionnement.

Les héritiers peuvent demander l’établissement d’un inventaire officiel de la succession et l’inscription de la dette de cautionnement avant d’accepter l’héritage.

(… ) Le contrat de prêt entre la banque demanderesse et M. Ş., partie non poursuivie, a été signé par E. A., défunt, en qualité de caution. La caution E. A. est décédée le 13/10/2007 et les héritiers sont responsables de toute dette existant à la date du décès en qualité d’héritier. La clôture du compte par la banque le 21/01/2009 ne supprime pas la responsabilité des cautions à la date du 13/10/2007. Le tribunal doit déterminer s’il existait une dette à la date du décès et statuer en conséquence (…) 2015/5386 Décision, 2015/16506, 09.12.2015

Responsabilité des héritiers pour les dettes fiscales du défunt

Selon l’article 12 du Code des procédures fiscales n° 213, les héritiers sont responsables des dettes fiscales du défunt proportionnellement à leurs parts héréditaires. Cela signifie que chaque héritier doit payer une part des dettes fiscales du défunt correspondant à sa part dans la succession.

Renonciation à l’héritage

En cas de renonciation à l’héritage, l’héritier n’est pas responsable des dettes fiscales du défunt. La renonciation à l’héritage doit être effectuée dans les trois mois suivant le décès du défunt.

Paiement des dettes fiscales

Les héritiers peuvent payer les dettes fiscales du défunt en numéraire ou par versements échelonnés à l’administration fiscale. En cas de non-paiement des dettes fiscales, l’administration fiscale peut saisir les biens des héritiers.

Calcul des dettes fiscales

Les héritiers doivent s’adresser à l’administration fiscale pour calculer les dettes fiscales du défunt. L’administration fiscale calcule toutes les dettes fiscales dues jusqu’à la date du décès et les notifie aux héritiers.

Points à noter pour les héritiers

Les héritiers doivent prêter attention aux points suivants concernant les dettes fiscales du défunt :

Se renseigner sur les dettes fiscales du défunt auprès de l’administration fiscale

Effectuer les démarches légales dans les trois mois en cas de renonciation à l’héritage

Établir un plan de paiement des dettes fiscales en cas d’acceptation de l’héritage

Prendre les précautions nécessaires pour éviter la saisie des biens en cas de non-paiement des dettes fiscales

(…) Dans le cas présent, il ressort des informations et documents du dossier que des poursuites ont été engagées à diverses dates après le décès du débiteur concernant une dette fiscale pour la période du 22.6.2003. Selon l’article 7 de la loi n° 6183, aucune poursuite ne peut être engagée au nom d’une personne décédée, et aucune poursuite ne peut être engagée contre les héritiers ayant renoncé à l’héritage. Il convient d’examiner si la succession a été officiellement liquidée conformément à l’article 612 du CCT (…) 17HD, 2010/31 Décision, 2010/102, 19.01.2010

Conclusion

Les héritiers sont responsables des dettes fiscales du défunt proportionnellement à leurs parts héréditaires. En cas de renonciation à l’héritage, cette responsabilité prend fin. En cas d’acceptation de l’héritage, les héritiers sont tenus de payer les dettes fiscales à l’administration fiscale. En cas de non-paiement, l’administration fiscale peut saisir les biens des héritiers.

Pour plus d’aide ou de conseils sur ce sujet, n’hésitez pas à nous contacter.

La Responsabilité des Héritiers pour les Dettes du Défunt en Droit Turc

Yazıyı paylaşın: