Qu’est-ce que l’exhérédation dans le droit turc ?

Exhérédation : Qu’est-ce que c’est ? Le testateur, c’est-à-dire la personne décédée, peut, dans certaines circonstances, priver les héritiers de leur héritage. Cette privation ne s’applique qu’aux héritiers réservataires. En règle générale, les héritiers réservataires conservent leurs droits à l’héritage même si le testateur souhaite les en priver.

Qui sont les héritiers réservataires ? Les héritiers réservataires sont clairement définis par la loi. Il s’agit des parents, du conjoint survivant et des descendants. Les descendants comprennent les enfants, et en l’absence de ceux-ci, les petits-enfants.

QUELLES SONT LES CONDITIONS D’EXHÉRÉDATION ?

Certaines conditions doivent être remplies pour qu’une exhérédation soit valide. Il existe deux types de conditions : celles à caractère pénal et celles à caractère protecteur. À caractère pénal :

• Pour qu’un héritier réservataire puisse être exhérédé, il doit avoir commis un crime grave contre le testateur ou ses proches. Le terme « crime grave » est laissé à l’appréciation du juge. Le crime doit être de nature à rompre les liens familiaux.

Si l’héritier réservataire n’a pas rempli ses obligations familiales envers le testateur ou sa famille, comme la fidélité, les soins, la surveillance et l’aide, cela constitue également une cause d’exhérédation. Une vie désordonnée ou des mauvaises habitudes peuvent également conduire à une exhérédation.

Les conditions mentionnées ci-dessus sont de nature pénale. Il existe également une exhérédation à caractère protecteur :

• Exhérédation pour insolvabilité :

Le testateur vise à protéger l’héritier en l’exonérant de la responsabilité des dettes après la mort.

Conditions :

L’héritier doit être insolvable.

L’héritier exhérédé doit être un descendant.

L’exhérédation protectrice doit être faite en faveur des enfants nés ou à naître du descendant.

L’exhérédation protectrice doit être faite par testament ou contrat d’héritage.

QUELLES SONT LES CONSÉQUENCES DE L’EXHÉRÉDATION ?

L’exhérédation met fin à la qualité d’héritier. La personne exhérédée ne peut pas prétendre à une part de l’héritage ni intenter une action en réduction.

Après le décès du testateur, les actifs, créances et dettes passent aux héritiers. La personne exhérédée n’est pas responsable des dettes.

L’EXHÉRÉDATION PEUT-ELLE ÊTRE ANNULÉE ?

Bien que le testateur ait effectué cette démarche juridique, l’héritier exhérédé peut, dans certaines conditions, contester cette décision. En prouvant que l’exhérédation est injustifiée par une action en nullité ou en réduction, l’héritier exhérédé peut faire annuler l’exhérédation.

L’EXHÉRÉDATION DANS LES DÉCISIONS DE LA COUR DE CASSATION

Obligation pour les bénéficiaires de prouver la validité de la raison de l’exhérédation.

Dans la décision de la 3ème Chambre Civile de la Cour de Cassation du 26 mars 2019, n° 2017/13850E-2019/2573K : « Le testateur a indiqué dans son testament du 5 septembre 2007 que l’exhérédation était due au fait que ses filles ne s’étaient pas occupées de lui malgré sa maladie. Dans les faits, il est établi que le testateur vivait dans son village, qu’il se rendait parfois à … pour se faire soigner, que son épouse est décédée le 3 juillet 2007, qu’il a ensuite emménagé chez son fils à …, et qu’il y est resté jusqu’à son décès le 17 novembre 2007. Les témoignages montrent que les filles du testateur s’acquittaient de leurs obligations familiales. Les bénéficiaires de l’exhérédation n’ont pas pu prouver la validité du motif. » Cette décision montre que les héritiers doivent prouver la validité de l’exhérédation. Dans ce cas, les filles du testateur avaient contesté l’exhérédation en justice.

Un conjoint fautif dans un divorce ne peut pas être héritier

Dans la décision de la 14ème Chambre Civile de la Cour de Cassation du 18 octobre 2017, n° 2016/14899E-2017/7670K : « Conformément à l’article 181 du Code civil, un conjoint fautif ne peut être héritier. Aucun procès supplémentaire n’est nécessaire pour établir ce fait. Si un héritier continue l’action en divorce après le décès du testateur, la faute du conjoint sera établie et il sera exclu de l’héritage. En l’absence de disposition testamentaire d’exhérédation, les conditions légales d’exhérédation ne sont pas remplies. » Dans ce cas, les héritiers du conjoint décédé avaient demandé l’exhérédation du conjoint fautif, mais aucune disposition testamentaire n’avait été faite en ce sens. La Cour de Cassation a conclu qu’une décision d’exhérédation ne pouvait pas être rendue dans ce contexte.

Protection de la réserve héréditaire en cas d’absence de preuve du motif d’exhérédation

Dans la décision de la 3ème Chambre Civile de la Cour de Cassation du 22 février 2018, n° 2017/17228E-2018/1512K : « Bien qu’un motif d’exhérédation ait été indiqué dans le testament du 14 juillet 2009, les preuves ne montrent pas que les conditions légales d’exhérédation sont remplies. Si les motifs d’exhérédation ne sont pas prouvés, la réserve héréditaire de l’héritier est protégée. Si une disposition existe au-delà de la réserve, elle est valide. » Cela signifie que si le testateur exhérède un enfant mais ne prouve pas le motif, l’enfant conserve sa réserve de 1/4 et le reste est réparti selon les dispositions du testament.

Acceptation de l’annulation de l’exhérédation par les autres héritiers

Dans la décision de la 3ème Chambre Civile de la Cour de Cassation du 28 février 2019, n° 2017/14122E-2019/1702K : « Le testateur a indiqué les motifs d’exhérédation dans son testament. Si les motifs d’exhérédation sont validés, les héritiers acceptant l’annulation peuvent réclamer leur part réservataire. L’acceptation met fin au procès et est possible à tout moment. » Cette décision montre que si les héritiers bénéficiaires de l’exhérédation acceptent l’annulation, celle-ci doit être validée même si le motif est prouvé. L’acceptation a un effet juridique définitif, sauf en cas de vice du consentement.

Pour plus d’aide ou de conseils sur ce sujet, vous pouvez nous contacter.

Qu’est-ce que l’exhérédation dans le droit turc

Yazıyı paylaşın: