L’établissement d’une relation personnelle avec l’enfant après le divorce dans le droit turc

Qu’est-ce que l’établissement d’une relation personnelle avec l’enfant ?

Établir une relation personnelle avec l’enfant est un droit visant à établir et à maintenir une relation entre l’enfant mineur et ses parents. Bien que ce droit soit principalement réglementé par l’article 323 du Code civil turc (TMK), sa mise en œuvre est laissée à la discrétion du juge.

Le droit d’établir une relation personnelle, autrefois destiné à maintenir la relation de l’enfant avec ses proches, met aujourd’hui en avant la nécessité pour l’enfant d’établir des relations régulières avec ses deux parents.

Cependant, notre Code civil ne contient pas de règles concrètes sur la manière, le moment et la fréquence de la relation personnelle entre l’enfant et ses parents.

La loi, au lieu d’établir des règles précises à cet égard, prévoit que la relation personnelle soit “appropriée” pour permettre son adaptation aux conditions changeantes au fil du temps.

Personnes ayant le droit d’établir une relation personnelle

Mère et père : En cas de divorce, de séparation ou de cessation de la vie commune, le parent qui n’a pas la garde peut établir une relation personnelle avec l’enfant. De plus, si le droit de garde est révoqué ou si l’enfant est placé dans une famille d’accueil ou une institution, le droit de relation personnelle peut également être applicable. Un parent qui n’a pas eu la garde d’un enfant hors mariage peut également établir une relation personnelle avec l’enfant.

Tierces personnes : Sous certaines conditions et dans l’intérêt de l’enfant, le Code civil accorde également le droit de relation personnelle aux proches de l’enfant.

Enfant : Le droit de relation personnelle n’est pas seulement accordé aux parents, mais aussi à l’enfant. Compte tenu de l’article 323 du Code civil turc et des dispositions de la Convention des Nations Unies relative aux droits de l’enfant, ce droit est reconnu comme un droit et non une obligation pour l’enfant.

”Tant les parents que les tierces personnes ne peuvent établir une relation personnelle avec l’enfant que sur décision du tribunal. Avant toute disposition relative à la relation personnelle, aucune relation personnelle ne peut être établie sans le consentement de la personne ayant la garde de l’enfant ou à qui l’enfant a été confié (TMK m. 326/III).”

Domaines d’application du droit de relation personnelle :

Le droit d’établir une relation personnelle, bien qu’il soit principalement mis en avant dans les cas de divorce et de séparation, a en fait un champ d’application beaucoup plus large. Ce champ d’application comprend :

Domaines d’application du droit de relation personnelle :

En cas de divorce (Code civil turc (TMK) m. 182/I-II, m. 336/III)

En cas de séparation (TMK m. 182/I-II, m. 336/II)

En cas de cessation de la vie commune (TMK m. 197/IV, m. 336/II)

En cas d’absence de mariage entre les parents (TMK m. 337, m. 323)

En cas de révocation ou de modification du droit de garde (TMK m. 348, m. 323)

En cas de placement de l’enfant dans une famille d’accueil ou une institution sans révocation du droit de garde (selon TMK m. 347)

 

 

Absence de garde conjointe

Dans le droit turc, comme la garde conjointe n’est pas reconnue en dehors du mariage, en cas de divorce, de séparation ou de cessation de la vie commune, le juge attribuera la garde à un seul des parents. Si les parents ne sont pas mariés, la garde est généralement attribuée à la mère conformément à l’article 337 du Code civil turc. De même, en cas de révocation du droit de garde pour l’un ou les deux parents, ceux-ci ne peuvent pas exercer ce droit.

Le droit d’établir une relation personnelle avec l’enfant est distinct du droit de garde et fait partie du droit de la personnalité. Ce droit est inaliénable et non transférable.

Les accords entre les parties concernant ce droit sont absolument nuls.

Dans une décision de la Cour de cassation, les dispositions relatives à la relation personnelle entre les enfants et le père dans un protocole de divorce par consentement mutuel ont été examinées. Le protocole indiquait comment la relation personnelle entre les enfants et le père devait être établie, mais il a été jugé que de telles promesses étaient nulles car contraires aux intérêts supérieurs des enfants.

Qu’est-ce qu’un protocole de divorce par consentement mutuel ? Comment le préparer ?

 

En cas d’adoption de l’enfant

En cas d’adoption de l’enfant, bien que les parents biologiques ne possèdent plus le droit de garde, la relation de filiation se poursuit et ils conservent le droit d’établir une relation personnelle avec l’enfant.

Dans la doctrine et les décisions de la Cour de cassation, des solutions adaptées aux intérêts de l’enfant sont privilégiées.

Par exemple, dans une décision de la Cour de cassation, il a été jugé qu’une relation personnelle devait être établie entre l’enfant adopté et sa mère biologique, car l’enfant la connaissait et l’interruption de leurs relations aurait des effets négatifs.

Qu’est-ce qu’une action en annulation de l’adoption ?

Qu’est-ce qu’un rapport d’examen social dans un procès de divorce ?

 

En cas de placement de l’enfant sous la garde d’un parent sans qu’il lui soit confié

Même si l’enfant est placé sous la garde d’un parent sans lui être confié, le juge peut décider de placer l’enfant dans une autre famille ou une institution. Le droit d’établir une relation personnelle n’exige pas que le parent ait la garde de l’enfant ou que l’enfant lui ait été confié.

Cependant, selon l’article 323 du Code civil turc, il est nécessaire d’établir une relation de filiation pour qu’une relation personnelle puisse être établie entre l’enfant et ses parents. Si la relation de filiation n’est pas établie, le parent biologique peut établir une relation personnelle avec l’enfant comme un tiers.

Dans une décision de la Cour de cassation, il a été jugé que la relation de filiation entre le demandeur et les enfants avait été établie par décision judiciaire, et que le demandeur avait généralement le droit d’établir une relation personnelle avec les enfants et qu’il fallait, le cas échéant, consulter des experts pour prendre une décision à ce sujet.

Quelles sont les conditions d’un procès en garde d’enfants ?

 

Écoute de l’enfant

Selon la Convention des Nations Unies relative aux droits de l’enfant, les enfants ont le droit d’exprimer librement leur opinion sur toute question les concernant. Cette opinion doit être prise en compte en fonction de l’âge et du degré de maturité de l’enfant.

Selon la Convention européenne sur l’exercice des droits des enfants, les enfants doivent être informés, consultés et avoir le droit d’exprimer leurs opinions.

La Cour de cassation a jugé que les opinions des enfants doivent être prises en compte dans l’évaluation des relations personnelles qui les concernent, et ces opinions doivent être prises en compte si elles sont dans l’intérêt de l’enfant. Par conséquent, les opinions des enfants doivent être respectées et, si nécessaire, des experts doivent être consultés pour prendre une décision.

Comment établir une relation personnelle avec l’enfant dans différentes villes ?

Établir une relation personnelle dans différentes villes se fait généralement pendant les vacances scolaires ou d’été, selon la discrétion du juge. Le juge prend en compte les congés annuels de la personne ayant le droit d’établir la relation personnelle. Cette relation peut également être établie en désignant un mois spécifique de l’année.

 

Qu’est-ce que l’établissement temporaire d’une relation personnelle ?

L’établissement temporaire d’une relation personnelle est une relation personnelle entre l’enfant et un parent que le juge peut décider lors du procès de divorce ou de séparation. Cette décision est prise comme mesure temporaire.

Restriction ou interdiction de la relation personnelle avec l’enfant

Selon la Convention européenne, la relation personnelle entre l’enfant et ses parents ne peut être restreinte ou interdite que si l’intérêt supérieur de l’enfant l’exige.

L’article 324 du Code civil turc prévoit quatre situations dans lesquelles la relation personnelle peut être refusée, révoquée ou limitée : mise en danger de la tranquillité de l’enfant ; abus des droits parentaux ; manque d’intérêt pour l’enfant ou existence d’autres raisons importantes.

La relation personnelle peut être définitivement révoquée, suspendue pour une période déterminée ou limitée. La révocation définitive est appliquée en dernier recours lorsque l’intérêt de l’enfant ne peut être assuré autrement.

 

Soutien judiciaire et services aux victimes pour la remise de l’enfant ou l’établissement de relations personnelles avec l’enfant

Les décisions concernant la remise de l’enfant ou l’établissement de relations personnelles sont exécutées par les “Directions de soutien judiciaire et des services aux victimes”, dans l’intérêt supérieur de l’enfant. Cette application, qui remplace la remise forcée de l’enfant, est accompagnée d’experts ou de conseillers pédagogiques dans les lieux de remise.

La relation personnelle avec l’enfant est mise en œuvre dans l’intérêt supérieur de l’enfant, en présence d’experts. Aucune redevance n’est demandée aux parties, tous les frais étant couverts par le budget du ministère de la Justice. La communication est d’abord établie avec l’enfant et les parties, en tenant compte des attentes des enfants et de leur vie éducative.

Toutes les actions et opérations sont consignées. Si une tendance à refuser la relation personnelle est constatée, il est rappelé que cela peut faire l’objet d’une procédure judiciaire distincte et que cela peut être utilisé comme preuve contre le parent concerné dans une affaire de garde. Des informations et des conseils sont fournis aux parties sur les effets négatifs des conflits potentiels sur eux-mêmes et surtout sur les enfants.

Un ordre de remise est établi, et si l’enfant n’est pas remis conformément au calendrier de visite déterminé par le tribunal, des avertissements oraux sont notifiés par écrit. Si la remise ne se fait pas malgré les avertissements écrits, les procédures prévues par la loi sont appliquées sur plainte de la personne ayant droit. Le parent qui ne permet pas la visite de l’enfant peut être sanctionné par une détention disciplinaire sur plainte.

Comment est réglementée la relation personnelle dans la garde conjointe ?

La fin du droit de garde ne signifie pas que les parents privés de ce droit ne peuvent pas établir une relation personnelle avec l’enfant. Même en l’absence de droit de garde ou si l’enfant ne leur a pas été confié, les parents ont le droit de rendre visite à l’enfant, de le rencontrer, de le voir et de communiquer avec lui. Ce droit est reconnu comme un droit humain fondamental et fait partie des droits des parents et de l’enfant.

 

Formes d’établissement de relations personnelles avec l’enfant

La forme la plus courante de relation personnelle avec l’enfant est la rencontre et la visite (droit de visite) du parent ayant ce droit avec l’enfant pour passer un certain temps ensemble. Cependant, si l’enfant est trop jeune ou si des problèmes de santé empêchent de voyager, le parent ayant le droit d’établir une relation personnelle doit rendre visite à l’enfant sur place.

Les visites se déroulent généralement dans l’environnement du parent ayant le droit d’établir une relation personnelle, ce qui oblige ce parent à amener et à ramener l’enfant. Cependant, le parent ayant la garde de l’enfant est également tenu de préparer l’enfant si nécessaire. Si l’enfant est d’un âge approprié et peut voyager seul, le transport et la remise sont à la charge du parent ayant la garde.

Si le parent ayant le droit d’établir une relation personnelle rencontre des difficultés de communication avec l’enfant en raison de l’impossibilité de visiter ou de communiquer, le parent ayant la garde de l’enfant doit en informer l’autre parent.

Cette information peut être faite par écrit ou oralement sur l’état de l’enfant. De même, l’enfant doit informer le parent ayant le droit d’établir une relation personnelle des événements qu’il vit et des décisions qu’il prend. Ce droit d’information fait partie du droit de relation personnelle et couvre des sujets tels que les interventions médicales, l’éducation ou la planification de carrière de l’enfant.

Lorsqu’un enfant sans discernement refuse d’établir une relation personnelle, il n’est pas approprié de le forcer à établir une relation personnelle contre sa volonté, sous prétexte qu’il est influencé par le parent ayant la garde.

Le juge doit clairement et précisément définir la durée de la relation personnelle, y compris les heures de début et de fin des visites. En outre, il est important de tenir compte des jours spéciaux tels que les fêtes nationales et religieuses lors de la détermination de l’adéquation de la relation personnelle, ainsi que de s’assurer que la durée est raisonnable pour atteindre l’objectif de la relation personnelle.

Qu’est-ce que l’établissement d’une relation personnelle par téléphone ?

L’établissement d’une relation personnelle par téléphone est une forme de communication utilisée dans le cadre du droit d’établir une relation personnelle avec l’enfant prévu à l’article 323 du TMK. Dans la pratique, les tribunaux décident souvent que cette communication doit avoir lieu à des heures spécifiques d’un jour déterminé de la semaine.

En plus de la communication téléphonique, d’autres méthodes de communication telles que l’e-mail, les messages texte et la communication vidéo peuvent également être ordonnées.

Tribunal compétent et chargé de l’établissement de relations personnelles avec l’enfant

Pour que les parents n’ayant pas la garde ou les tierces personnes puissent établir une relation personnelle avec l’enfant, une décision de justice est nécessaire. Si aucune décision de justice n’a encore été prise, la relation personnelle peut être établie avec le consentement du parent ayant la garde ou à qui l’enfant a été confié.

Dans ce cas, par exemple, un père souhaitant établir une relation personnelle avec l’enfant ne peut le faire sans le consentement de la mère ayant la garde ou sans décision de justice pour les tierces personnes.

Les tribunaux compétents sont mentionnés à l’article 326 du Code civil. Les tribunaux compétents pour les décisions de divorce et de protection de l’union conjugale sont également compétents pour les décisions relatives à l’établissement de relations personnelles avec l’enfant. En outre, le tribunal du lieu de résidence de l’enfant est également compétent. Dans les affaires relatives à l’établissement de relations personnelles avec l’enfant, les tribunaux de la famille ou les tribunaux de première instance sont compétents.

Exemple de décision de la Cour de cassation sur l’établissement de relations personnelles avec l’enfant


(2HD) Dossier : 2016/14238, Décision : 2016/13906, Date : 20.10.2016

À l’issue de l’instruction de l’affaire entre les parties, le tribunal local a rendu une décision dont la date et le numéro sont mentionnés ci-dessus, qui a été contestée par le demandeur, les documents ont été lus et la nécessité a été discutée :

Le demandeur a déclaré que, bien qu’il n’ait pas eu d’enfants avec son conjoint, il avait inscrit le mineur … né le 21.12.2002, sans adoption, comme leur propre enfant sur le registre de l’état civil avec le consentement des défendeurs, que le mineur était resté avec eux jusqu’au 21.02.2012, qu’il les connaissait comme ses parents, que les défendeurs avaient intenté une action en annulation de l’enregistrement du registre de l’état civil, à la suite de quoi le mineur avait été inscrit sur le registre des défendeurs, et que les défendeurs avaient refusé d’établir une relation personnelle avec le mineur après cette date, demandant ainsi l’établissement d’une relation personnelle avec le mineur …

À l’issue de l’instruction, le tribunal a rejeté la demande en raison de la suppression du lien de filiation entre le demandeur et le mineur, mais a jugé que le droit de garde et de relation personnelle pouvait être fondé sur le lien de filiation.

La relation personnelle avec des tierces personnes est réglementée à l’article 325 du Code civil turc, qui prévoit que, dans des circonstances extraordinaires, les personnes ayant un intérêt dans l’enfant, notamment les proches, peuvent demander l’établissement d’une relation personnelle dans la mesure où cela est compatible avec l’intérêt de l’enfant.

Comme on peut le comprendre de cet article, les tierces personnes ayant le droit de demander l’établissement d’une relation personnelle ne se limitent pas aux proches, et la demande de relation personnelle n’exige pas l’établissement d’un lien de filiation. Selon le Code civil turc n° 4721, d’autres personnes que les proches peuvent également établir une relation personnelle avec l’enfant si les conditions sont remplies.

Selon les preuves rassemblées, le mineur … est né le 21.12.2002 et, bien que le demandeur soit inscrit comme parent sur le registre de l’état civil, à la suite de l’action en rectification du lien de filiation intentée par les défendeurs, il a été jugé par le tribunal civil de première instance … 2013/227, décision 2014/92 que le lien de filiation de … soit rectifié et enregistré sur le registre des défendeurs, et la décision est devenue définitive le 13.06.2014.

Bien que le lien de filiation entre le mineur … et le demandeur ait été supprimé, il est prouvé que le demandeur a pris soin de l’enfant et l’a élevé depuis sa naissance, et que le mineur le reconnaît comme parent. Lors de l’audience, … a également déclaré qu’il souhaitait établir une relation personnelle avec le demandeur, qui s’était occupé de lui et l’avait élevé comme un parent.

À moins que cela ne soit contraire à l’intérêt de l’enfant, la demande du demandeur d’établir une relation personnelle avec le mineur doit être satisfaite. Il n’y a aucune preuve sérieuse et convaincante que l’établissement d’une relation personnelle entre le demandeur et le mineur serait contraire à l’intérêt de l’enfant. En conséquence, il était incorrect de rejeter la demande d’établissement d’une relation personnelle entre le demandeur et le mineur.

CONCLUSION : En raison des motifs indiqués ci-dessus, la décision contestée est annulée, les frais d’appel prépayés doivent être restitués au demandeur sur demande, et la voie de recours contre cette décision est ouverte dans les 15 jours suivant sa notification, avec l’unanimité.


Pour plus d’aide ou de conseils à ce sujet, veuillez nous contacter.

L’établissement d’une relation personnelle avec l’enfant après le divorce dans le droit turc

Yazıyı paylaşın: