L’exécution d’un testament dans le droit turc

Qu’est-ce que l’exécution d’un testament?

L’exécution d’un testament fait référence aux obligations nécessaires pour mettre en œuvre les dispositions liées à la mort contenues dans un testament.

Dans la pratique, l’exécution d’un testament, également appelée “réalisation d’un testament” ou “accomplissement d’un testament”, est en fait un type de procès ouvert pour vérifier qu’une disposition testamentaire n’est pas contestée.

Avec un procès d’exécution de testament, on vérifie l’existence de contestations contre le testament et si ces contestations sont invalides ou non. En plus de cette demande, l’application du testament est généralement demandée dans le même processus juridique.

 

Quelles sont les conditions pour l’exécution d’un testament?

Un bien spécifique doit être laissé par testament

Laisser un bien spécifique peut viser à transférer la propriété ou un droit d’usufruit sur l’intégralité ou une partie spécifique de l’héritage à une personne.

Cela peut également se faire sous diverses formes, telles que s’engager sur une valeur de l’héritage, attribuer un revenu périodique ou exonérer de dette. Cette obligation peut être assurée par les héritiers ou ceux à qui un bien spécifique est laissé. Par exemple, le testament peut imposer aux héritiers légaux l’obligation de payer une partie de la créance de loyer immobilier à la personne concernée.

La valeur visée par le testament peut concerner un immeuble sur lequel aucun droit de superficie ou de propriété par étages n’a encore été établi, concernant un appartement spécifique ou une unité similaire. Le plaignant peut également déposer une demande pour l’exécution de ce type de testament. Selon la Cour de Cassation, cette demande implique également l’établissement de la propriété par étages.

 

Le testament doit être juridiquement valide

Pour l’exécution d’un testament, il doit exister une disposition testamentaire valide. À cet égard, il est important que le testament n’ait pas été annulé.

Un procès pour l’annulation d’une disposition testamentaire est soumis à certaines périodes; ces périodes couvrent des délais de prescription de 1, 10 et 20 ans.

Le procès pour annulation peut être ouvert par le demandeur dans l’année suivant la date à laquelle il a pris connaissance de la disposition et de la raison de l’annulation.

Dans tous les cas, après la date d’ouverture du testament, un délai de 10 ans s’applique contre les défendeurs de bonne foi et de 20 ans contre les défendeurs de mauvaise foi avant que ce droit ne tombe (Code civil turc, art. 559/I).

 

Qu’est-ce qu’un procès pour annulation de testament et quelles en sont les conditions?

Qu’est-ce qu’un procès pour révocation d’une renonciation à l’héritage?

 

Le testament doit avoir été ouvert

Le fait qu’un testament ait été ouvert signifie que ce document a été présenté au tribunal concerné et y a été lu en présence des héritiers par un juge. Le juge de paix ouvre le testament à la date prévue. Ensuite, il assure l’enregistrement de cette ouverture et de cette lecture dans un procès-verbal. Enfin, il demande aux personnes présentes de signer le procès-verbal.

En outre, si nécessaire, il peut fournir un certificat d’héritier aux héritiers et remettre temporairement les biens inclus dans l’héritage aux héritiers légaux.

Le rôle du juge de paix dans l’ouverture d’un testament est limité à l’ouverture du testament. Les questions liées à la validité ou à l’exécution du testament relèvent du juge de première instance.

 

Qui est le créancier testamentaire?

Le créancier testamentaire est la personne physique ou morale qui réclame un bien ou un avantage laissé par testament. Le créancier testamentaire peut uniquement réclamer le bien ou l’avantage spécifiquement laissé par testament.

Il n’est pas un héritier et n’a pas non plus la qualité d’héritier universel. Autrement dit, le créancier testamentaire n’acquiert pas directement la propriété ou un droit sur le bien ou l’avantage sujet du testament à la mort du testateur. Cependant, il devient un créancier vis-à-vis des héritiers pour l’exécution de l’obligation testamentaire.

L'exécution d'un testament

L’exécution d’un testament

 

Comment les obligations testamentaires sont-elles exécutées?

Transfert de biens immobiliers

Le transfert ou l’établissement d’un bien immobilier ou d’un droit limité réel par testament ne peut être valide que si ce bien ou ce droit est enregistré au cadastre conformément au système réel et au principe d’enregistrement accepté par le Code civil (art. 633).

Si l’enregistrement n’est pas effectué, les héritiers sous l’obligation testamentaire acquièrent la propriété de l’immobilier ou des autres droits réels limités. Pendant le processus d’exécution du testament, si plusieurs héritiers sont présents, le débiteur testamentaire est redevable à tous les héritiers. Cependant, après le partage de l’héritage, le bien immobilier ou le droit passe à l’héritier qui l’a reçu, et cet héritier devient le débiteur testamentaire.

Un bien immobilier ou un droit limité réel spécifié dans un testament, après la mort du testateur, doit d’abord être enregistré au cadastre au nom de tous les héritiers formant la communauté successorale. Si cet enregistrement n’est pas effectué, les héritiers ne peuvent pas effectuer de transaction de gain ou demander l’enregistrement.


3ème Chambre Civile 2013/20723 E., 2014/5676 K. (…) L’examen du dossier a révélé que ce testament manuscrit était conforme à la procédure, que les demandes d’annulation et de réduction du testament déposées par les défendeurs avaient été rejetées et que la décision était devenue définitive, démontrant ainsi l’existence d’un testament valide et exécutable.
Cependant, le tribunal a enregistré les biens immobiliers transférés par le défunt au nom de tous les héritiers au cadastre, comme si ce testament n’existait pas (…)


Le bien immobilier spécifié dans le testament, une fois enregistré au cadastre, peut uniquement faire l’objet d’un processus d’enregistrement demandé par le créancier testamentaire. Dans ce cas, le processus d’enregistrement est considéré comme une cause juridique du testament, et tous les héritiers formant la communauté successorale doivent ensemble demander l’enregistrement sous cette cause juridique.

Comment l’exécution d’un testament est-elle enregistrée au cadastre?

Les demandes des héritiers :

Demande d’enregistrement des héritiers légaux : Les héritiers légaux peuvent demander un certificat d’héritier après l’ouverture et la décision d’exécution du testament. Ce document contient également le nom de l’héritier nommé, et les héritiers légaux peuvent demander un transfert au Bureau des registres fonciers. Cette transaction passe la propriété immobilière sous forme de copropriété et les dispositions de copropriété sont appliquées.

 

Demande d’enregistrement des héritiers nommés (mansup) : Les héritiers nommés peuvent demander un certificat d’héritier après la décision d’exécution du testament. S’il y a plusieurs héritiers, chacun peut obtenir un document séparé et demander un transfert au Bureau des registres fonciers. Le transfert se fait généralement sous forme de copropriété, et seul un certificat de succession est nécessaire.

 

Demande d’enregistrement au nom de celui à qui un bien spécifique est légué par testament : Aucun certificat de succession n’est délivré au créancier testamentaire car il n’est pas un héritier. Un bien spécifique lui a seulement été légué, et il est le créancier testamentaire. Il peut demander l’enregistrement aux autres héritiers ou à l’agent d’exécution du testament. Aucun certificat de succession n’étant délivré, la demande d’enregistrement est faite directement par le créancier testamentaire.

 

Les demandes d’enregistrement du créancier testamentaire :

Demander par les héritiers ou l’agent d’exécution du testament : Les héritiers ou l’agent d’exécution du testament peuvent enregistrer le bien au nom du créancier testamentaire. Ils peuvent effectuer cette opération en fournissant les documents nécessaires au bureau des registres fonciers.

 

Demander par l’agent d’exécution du testament : L’agent d’exécution du testament peut enregistrer le bien au nom du créancier testamentaire et présenter les documents nécessaires. Comme le créancier testamentaire est le redevable de la taxe, la perception des taxes est effectuée en son nom.

 

La demande d’enregistrement faite par le créancier testamentaire lui-même : Si les héritiers ou l’agent d’exécution du testament ne font pas de demande, le créancier testamentaire peut saisir le tribunal pour demander un écrit pour l’enregistrement. Avec cet écrit donné par le juge et les documents nécessaires, il peut demander l’enregistrement au bureau des registres fonciers.

 

Comment l’enregistrement cadastral est-il effectué via le Système d’Information Cadastrale (TAKBİS)?

Le Système d’Information Cadastrale (TAKBİS) est une plateforme visant à numériser et à gérer plus rapidement et efficacement le processus d’enregistrement cadastral. Pour effectuer un enregistrement cadastral via TAKBİS, les documents et étapes nécessaires sont les suivants:

 

Documents nécessaires et explications :

1- Document d’identité : Les documents d’identité du créancier testamentaire ou de ses représentants autorisés.

2- Si une représentation est impliquée, les documents pertinents : Procuration, document d’autorisation, etc.

3- Photographie : Une photographie de format 6*4 pour chaque personne réelle.

4- Assurance obligatoire contre les séismes : Pour les biens immobiliers de type bâtiment.

5- Document de valeur déclarée de l’immobilier : Émis par la municipalité où se trouve le bien immobilier.

 

Étapes de la procédure :

1- Création de la demande : Une demande est créée pour l’opération concernée et les informations nécessaires sont saisies.

2- Suivi de la demande : Le personnel concerné utilise un moniteur de demande pour suivre l’état de la demande.

3- Identification des parties : L’immobilier concerné par l’opération est sélectionné et l’identification des parties est effectuée.

4- Contrôle des taxes et des frais : Le contrôle des taxes et des frais définis par la loi est effectué.

5- Contrôle des charges, déclarations et droits réels limités : Les charges, déclarations et droits réels limités sur l’immobilier sont vérifiés.

6- Contrôle des hypothèques : Les hypothèques existantes sur l’immobilier sont contrôlées.

7- Obtention d’informations supplémentaires pour l’enregistrement : L’entrée de la valeur déclarée de l’immobilier est effectuée.

8- Obtention des informations de base pour l’enregistrement : L’entrée des parts sur l’immobilier est effectuée.

9- Connexion avec d’autres opérations : Des options sont proposées pour d’autres opérations telles que l’établissement d’un droit d’usufruit ou d’un droit de résidence.

10- Opérations fiscales et de frais : Les opérations fiscales et de frais liées à l’opération sont effectuées.

11- Document de demande d’enregistrement : Un acte officiel ou un document de demande d’enregistrement est créé.

12- Contrôle des opérations : Les saisies de données effectuées lors des étapes de l’opération sont contrôlées.

13- Registre journalier : Un numéro de journal pour l’opération est obtenu.

14- Enregistrement : Le système effectue automatiquement l’étape d’enregistrement.

15- Rapports et documents : Les rapports et documents relatifs à l’opération sont préparés.

16- Archivage : L’archivage des documents utilisés lors de l’opération est assuré.

 

Après ces étapes, l’opération est terminée.

 

Transfert de biens meubles

Si le transfert d’un bien meuble spécifié dans un testament est concerné, cela se fait généralement en le livrant au créancier testamentaire. Cependant, la méthode de livraison peut varier selon le type de testament. Le créancier testamentaire demande la livraison du bien aux héritiers qui doivent exécuter cette obligation. Si le bien n’est pas livré volontairement, le créancier testamentaire peut soit intenter une action en justice sur la base du testament pour obtenir la livraison, soit demander directement la livraison du bien meuble par voie d’exécution forcée par l’intermédiaire d’un huissier.

 

Qu’est-ce qu’un procès de réduction et quelle est la part réservée dans l’héritage?

Qu’est-ce qu’un procès d’équilibrage dans l’héritage?

 

Transfert du droit de créance

Jusqu’à ce que le transfert de la créance soit réalisé, la dette sous l’obligation testamentaire est légalement transférée aux héritiers du débiteur testamentaire. Bien que le testateur ait testamenté le transfert du droit de créance à une personne avant sa mort, si le débiteur testamentaire n’a pas réalisé ce transfert, le créancier testamentaire peut intenter une action légale contre le débiteur testamentaire qui refuse de transférer cette créance, en vertu de l’article 164 du Code des obligations, pour demander le transfert de la créance (cession judiciaire) par le tribunal.

 

Qui est le demandeur dans un procès pour l’exécution d’un testament?

Dans un procès pour l’exécution d’un testament, le demandeur est le créancier testamentaire. La personne qui demande l’exécution du testament doit être compétente pour recevoir l’héritage et être en vie. Si le créancier testamentaire meurt avant le testateur, les héritiers du créancier testamentaire peuvent intenter le même procès.

Cependant, si une personne qui n’est pas un créancier testamentaire intente un procès pour l’exécution du testament, le tribunal ne rend pas de décision sur le fond. Le procès est rejeté en raison d’un manque de conflit d’intérêts.

 

Qu’est-ce que l’exclusion de l’héritage (Iskat) et comment cela fonctionne-t-il?

Qu’est-ce qu’un certificat d’héritier et comment l’obtenir?

 

Quel tribunal est compétent et habilité à juger un procès pour l’exécution d’un testament?

Un procès pour l’exécution d’un testament concerne les droits patrimoniaux. Le tribunal compétent, quel que soit la valeur du litige, est le tribunal de première instance. Les procédures liées à l’ouverture et à la lecture du testament relèvent du tribunal de paix. Cependant, il est généralement accepté que ces deux types de procès ne peuvent être jugés ensemble. Selon certaines opinions, la compétence du juge de paix est limitée à l’ouverture du testament et il n’a pas le pouvoir de rendre une décision concernant l’exécution.

Le tribunal compétent pour un procès pour l’exécution d’un testament est également celui du lieu de résidence du défunt, ce tribunal ayant une compétence exclusive. Ce règlement dans l’article 576/II du Code civil turc prévoit que les affaires successorales sont gérées par un seul tribunal, indépendamment du lieu où se trouvent les biens de la succession. Par exemple, un procès ne peut pas être ouvert au tribunal du lieu où se trouve le bien immobilier.

 

Exemples de décisions de la Cour de cassation relatives à un procès pour l’exécution d’un testament

L'exécution d'un testament

L’exécution d’un testament

(…) L’avocat du demandeur dans la requête du procès a déclaré que le défunt Emine avait légué son patrimoine au demandeur par testament en date du 21.05.1999, et a demandé que le testament soit exécuté car le procès pour l’ouverture et la lecture du testament au tribunal de paix n’avait pas été suivi et était donc considéré comme non ouvert.
L’avocat des défendeurs a déclaré dans sa réponse qu’ils n’acceptaient pas le testament.
Le tribunal a déclaré qu’il était d’abord nécessaire d’ouvrir et de lire le testament, et parce que le testament n’avait pas été ouvert et que les autres héritiers n’étaient pas informés, un procès pour l’exécution du testament ne pourrait pas être ouvert, citant l’absence d’intérêt juridique décrite dans l’article 114/h du Code de procédure civile, et a rejeté la demande selon l’article 115 du même code. La décision a été appelée par l’avocat du demandeur.
Les héritiers du défunt Emine, par son testament en date du 21.05.1999, avaient légué son patrimoine à son neveu, le demandeur, et un procès pour l’ouverture et la lecture du testament avait été ouvert au tribunal de paix le 13.08.2007, mais comme il n’avait pas été suivi par le demandeur H.. Y.., il a été considéré comme non ouvert par décision du 20.03.2009 et certains héritiers n’avaient pas été notifiés.
Pour l’exécution du testament, il est d’abord nécessaire que le testament concerné ne soit pas contesté ou, s’il est contesté, que le procès pour l’annulation du testament soit rejeté, autrement dit que le testament soit définitif. À cette fin, tous les héritiers doivent être informés du testament pour que les délais de forclusion commencent, et le dossier de l’ouverture et de la lecture du testament doit être définitif.
Dans le procès, puisque la décision de considérer le procès pour l’ouverture et la lecture du testament comme non ouvert a été prise en raison du manque de suivi, il n’y a pas de condition pour ouvrir un procès pour l’exécution du testament.
Dans ce cas, la raison invoquée par le tribunal, à savoir l’absence d’intérêt juridique indiquée dans l’article 114/h du Code de procédure civile, devrait être modifiée et la demande devrait être rejetée en raison de l’absence de condition pour intenter un procès, conformément à l’article 114/2 du même code, et la décision devrait être confirmée par écrit, avec une décision unanime prise le 08.12.2015. 3ème Chambre Civile 2015/3636 E., 2015/19881 K.

 


 

Les avocats des demandeurs ont déclaré dans leur requête du procès que le testateur H. T. avait légué 6 biens immobiliers à l’héritier des demandeurs, M. T., par testament en date du 10.02.1994, et ont déclaré que le testament était définitif avec le dossier de lecture du testament, demandant l’enregistrement des biens immobiliers au nom des demandeurs et l’exécution du testament.
Il a été constaté que le testament concerné avait été rédigé le 10.02.1994, que le testateur H. T. était décédé le 14.03.1995, que le testament avait été lu par décision du tribunal de paix en date du 22.05.1995, et que ce procès avait été ouvert le 03.04.2012.
Le tribunal, dans sa première décision du 20.06.2012, avait rejeté la demande au motif que le procès n’avait pas été ouvert dans le délai de 10 ans, mais après que les avocats des demandeurs aient appelé cette décision, notre Chambre avait annulé la décision le 14.01.2013, déclarant que “puisque l’héritier commun des parties, H. T., était décédé le 14.03.1995, conformément à l’article 580 du Code civil turc n° 743 alors en vigueur, le délai n’était pas un délai de prescription mais un délai de forclusion, et puisque les défendeurs n’avaient pas invoqué la prescription, une décision sur le fond du procès devait être prise”, et le tribunal, en suivant cette décision, avait cette fois accepté la demande le 08.05.2013, ordonnant l’annulation des enregistrements cadastraux et l’enregistrement des biens immobiliers au nom de l’héritier des demandeurs au cadastre, mais cette décision avait été appelée par les avocats des défendeurs, et notre Chambre avait à nouveau annulé la décision le 03.12.2013, déclarant que “une décision ne peut être fondée sur des documents tels que la requête du procès, le rapport d’expertise, sans référence à ces documents dans la décision prononcée et constatée par le procès-verbal, et comme les parts n’ont pas été indiquées ni dans la décision ni dans la décision motivée, et comme la décision motivée fait référence à un certificat de succession, ce qui pourrait créer des doutes lors de l’exécution”, et le tribunal, en suivant la décision d’annulation, avait accepté la demande le 24.06.2014, ordonnant l’exécution du testament lié à la mort de l’héritier sur la totalité des parts de l’héritage, 6 parts calculées, avec la part de K. T. (K.) comme 1/6, celle de F. T. (D.) comme 1/6, celle de Ş. T. (Assistant) comme 1/6, celle de A.. T.. comme 1/6, celle de C.. T.. comme 1/6, celle de A. T. (K.) comme 1/6, de telle manière qu’elle soit exécutable, mais cette décision a été appelée par l’avocat des défendeurs.
Les biens immobiliers que le testateur H. T. avait légués à l’héritier des demandeurs, M. T., étaient les parcelles n° 74,65,1,14,679,29, et ces parcelles n’étaient pas détaillées dans la phrase de la décision comme des numéros de bloc – parcelle.
Selon l’article 388 du Code de procédure civile turc (article 297 du Code de procédure civile), la décision prise à la fin du procès doit être suffisamment claire et exécutable pour ne pas créer de doute sur les droits et obligations imposés aux parties. La décision, qui ordonne seulement l’exécution du testament et l’exécution en tant que copropriétaire à 1/6, sans spécifier les informations de bloc, parcelle des biens immobiliers pour lesquels l’enregistrement est ordonné dans la décision, n’est pas considérée comme correcte.
Le procès pour l’exécution d’un testament, concernant la détermination que le testament n’a pas été contesté ou que les contestations ont été infructueuses, et ordonner l’exécution du testament en tant que tel ne facilite pas en soi le transfert d’un droit réel.
Le créancier testamentaire à qui un bien spécifique est légué, s’il y a un agent d’exécution du testament, peut réclamer un droit de demande personnelle contre lui, sinon contre les héritiers légaux ou nommés.
Dans ce cas, le tribunal aurait dû ordonner l’enregistrement des biens immobiliers situés dans le village de ………., parcelles n° 119/74-109/65-158/1-154/14-121/679 et 120/29, en spécifiant séparément ces biens immobiliers dans la décision et en ordonnant leur enregistrement proportionnellement aux parts d’héritage des demandeurs, et l’exécution du testament, au lieu de rendre une décision sans indiquer les numéros de bloc-parcelle dans la phrase de la décision.
RÉSULTAT : Les principes décrits ci-dessus n’ayant pas été pris en compte dans la formulation de la décision, les arguments de l’appel étant fondés pour ces raisons, l’acceptation de l’appel et l’ANNULATION de la décision conformément à l’article 428 du Code de procédure civile turc, et le remboursement sur demande des frais d’appel payés d’avance à l’appelant, ont été décidés à l’unanimité le 24.02.2015. 3ème Chambre Civile 2014/22023 E., 2015/2921 K.

 


 

Pour plus d’aide ou de consultation sur ce sujet, vous pouvez nous contacter.

État de nécessité

L’exécution d’un testament dans le droit turc

Yazıyı paylaşın: